curiosités

Pour ce petit dossier, je me suis dit que je pourrais exposer quelques pièces qui possèdent un intérêt spécifique en exposant leur point particulier....

Si vous êtes féru de modélisme, vous savez déjà tout ça mais d'autres y découvriront des choses. Les pièces exposées ne sont pas toutes rares mais dignes d'intérêt.

Dans la catégorie: matériel moteur

L'éternelle, l'incontournable et l'indétrônable 231 C jouef à moteur saucisson

explication

Ces Locos anciennes sont les premières vraies locos de jouef en ce sens qu'elles représentent (se approchent) des locos réelles. La particularité est due à une motorisation surnommée "saucisson". La légende dit que ces moteurs sont des moteurs de gyroscopes de V1 Allemands de la 2° Guerre Mondiale. Jouef aurait acheté les machines de fabrication de ses moteurs et aurait adapté l'objet au train miniature. Ces moteurs sont d'exceptionnelle qualité car ils fonctionnent très bien malgré leur âge. Ils sont puissants, souples, silencieux et ils ont une énorme inertie par construction. C'est encore étonnant aujourd'hui.

Le 68000 Fleischmann

explication

La particularité des 68000 Fleischmann (produites dès 1965) sont d’être entièrement en métal. La caisse est autoporteuse, il n’y a pas de châssis. La caisse est creuse et les bogies sont directement montés dessus. Par ailleurs, les 68001 disposent de traverses de tamponnement mobiles montées sur ressorts qui se décalent en virage ce qui a été modifié sur les modèles suivants portant une autre immatriculation (68006).

L'étonnante Mallet 020+020

Explication

Les locos de type Mallet présentent un système de cylindres et d'embiellage doublé par rapport à notre image des vapeurs. L'avantage est de mieux distribuer la vapeur et donc d'avoir une meilleure répartition de la puissance. D'un autre côté, il y a deux fois plus de pièces à entretenir. On garde souvent dans l'idée les énormes locos américaines type Big Boy ou les étranges Garrat. Mais, il y a d'autres locos plus modestes comme les Mallet du Vivarais ou ces petites 020+020 reproduites par Roco et qui sont très amusantes à voir tourner. L'embiellage est très fin et parait fragile mais quelle belle petite machine.

La mignonne Micheline Marklin-Hamo

explication

Ce très petit autorail est étymologiquement une vraie "Micheline" c'est à dire un véhicule ferroviaire équipé de pneus Michelin (l'appellation a été généralisée à tort à tous les autorails). Dans les années 20, Michelin s'est associé aux chemins de fer pour créer des véhicules plus confortables car équipés de pneus (certains métros le sont encore). Mais cette technique s'est appliquée aussi à des rames simples (dites rames Michelin comme sur l'Est de la France de 1949 à 1956). Elle s'est heurtée à la résistance des pneus de l'époque. Ils ne supportaient que peu de charge (ce qui obligea à construire des rames spéciales plus légères en Alu ou en Inox) et occasionnaient une forte résistance au roulement. Ils pouvaient crever à cause des surchauffe et sur les appareils de voie. Donc, les bogies ont multiplié les essieux (jusque 5) et la maintenance était lourde. Les véhicules trop légers étaient peu résistants. Cette technique fut abandonnée pour les trains.

Catégorie matériel remorqué

Le fourgon sanitaire Est DPMR

Explication

Il est très rare de trouver du matériel d'époque 1 ou 2 en modélisme. Ceci est souvent l'apanage des artisans et il est aussi très rare de trouver du matériel pour les guerres mondiales (ce doit intéresser pourtant des amateurs de militaria), c'est ce qui rend ce fourgon si particulier. Il est issu d'une série de fourgons construits par DPMR (marque disparue). Il est à la fois un fourgon Est mais transformé (en déco) en fourgon sanitaire. Il est assez détaillé et roule bien. Au chapitre des moins, sa gravure est passée (surtout les bogies) et les détaillages sont fragiles (j'ai refait les mains-montoir). Il me manquait un tampon lors de l'achat et le fabricant n'a pas été très compréhensif... il a fallu se débrouiller. Mais il est là et sort de l'ordinaire.

Le fourgon Mistral 56 de LSM

Explication: Ces fourgons furent mis en place pour l'alimentation électrique des voitures de trains circulant sous différentes tensions comme les TEE; celui-ci était séparé (différent de la configuration fourgon-générateur comme sur les GC et Mistral 69) pour la climatisation des DEV Inox dévolues au Mistral dès 1956. Ils sont différents des cocottes minutes abondamment commercialisées par Jouef (très bon produit).

Il est rare d'en voir en modélisme et LSM en a sorti 2 versions (PO puis mistral 56 en bleu et en rouge). Ce fourgon a circulé jusqu'aux années 90 sur des liaisons Paris-Nancy. Je m'en souviens très bien. C'est une pièce peu courante et vraiment bien restituée. Un modèle sympa issu d'un coffret.

Le Canon Léopold Rivarossi

Explication

Le 28-cm-Kanone 5 (E) (en abrégé: "K 5") était une pièce d'artillerie de chemin de fer allemand de 280mm. Le tube était d'une longueur de 21,5 mètres sur un pivot ne permettant qu'une élévation verticale de l'arme. Ce pivot était monté sur un wagon à deux bogies de 12 roues. Pour aligner la cible, en reculant ou en avançant le wagon, il fallait donc disposer d'une section de voie courbe. Le "K 5" fut développé à partir de 1934 et était produit dès 1937. De février 1940 jusqu'à 1945, on construisit 25 engins. Il s'agissait de la pièce d'artillerie standard de l'artillerie de chemin de fer. 3 de ces canons furent utilisés sur la côte de la Manche pour tirer sur les navires, On voit peu de représentation d'artillerie sur voie ferrée (surtout répandue en 14-18 et dont il existe quelques reproductions en HO). Le canon de Rivarossi est abordable et présente une curiosité intéressante... La mise en ligne peut se faire soit sur un train de la guerre avec une 150Y (krieglok) soit en version plus moderne comme une pièce de musée en transit.

le porte char surbaissé SMD

explication

Ce wagon n'a pas de particularité en soit sauf sa rareté (tant réelle que miniature). Il est représentatif du travail des artisans qui fournissent des pièces originales comme celle-ci. C'est le fabricant de kits et détaillage SMD (dirigé par Denis Magot) qui nous a offert cette superbe reproduction en laiton (à monter). Les kits sont assez chers mais ils présentent des avantages incomparables... le métal, l'originalité, le bonheur de le faire soi-même, etc... Ce sont des produits intéressants et maintenant, les notices sont bien faites (lisibles, illustrées en pas à pas). C'est un bonheur que de construire ces kits en quelques jours sans se presser. Je voulais le mettre en avant dans cette rubrique.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site