le fourgon Est jouef

Un nouveau bricolage pour améliorer un vieux fourgon Jouef.

(photo: lestrainsjouef.free.fr)

Ce fourgon, produit de 1965 à 1978, est une antiquité qui est bien simplifiée sur plusieurs points. Il a le mérite d’exister sachant que les seuls autres fourgons Est sont le Hornby Acho guère mieux et le AMF87 (mais le prix n’est pas pareil : 175 euros en kit et 490 monté).

Donc ce vieux fourgon est encore là et bien présent… bradé sur les bourses

Je possède cette pièce depuis 1974 (je crois), identique à celui de l'image mais avec des bogies gris. Je l’ai toujours bien aimé mais il fallait que je m’en occupe…Gros travaux en perspective car rien n’existe dans le commerce… il faut tout faire.

Rédigé en 2010, cet article datait un peu. Un nouveau camarade de jeu, Claude (Pacific sur certains forums), s'est lancé dans l'aventure et a réalisé un superbe travail. Il m'a autorisé à montrer ses améliorations et je me suis retrouvé un peu bête avec mon vieux fourgon.

Voyons un peu, le résultat de Claude, le fourgon a été repeint en prime ce que je ne fera pas mais c'est chouette non ? Je vous invite à lire tout son travail sur le post du forum FTM:  http://trainminiature.discutforum.com/t21857-fourgon-type-est-jouef#337904

Sans aller aussi loin que lui, je pense que je dois reprendre ma copie.... Allons donc chercher des images sur le net: par chance une belle image avec les extrémités.

et surtout ces foutus marchepieds qui m'ont tant embêtés (Claude aussi à cause du gabarit, nous y reviendrons)...au passage, nous avons les mêmes bogies sur le modèle. Les versions plus anciennes avait des bogies Y

Alors voilà le défi...refaire mais pas tout pour s'approcher du beau fourgon de Claude.

Que faut-il changer ? Je reprends le catalogue à zéro pour ceux qui voudrait se lancer...pas mal de constructions intégrales genre « comme j’ai pu » et un peu de patience.

Attaquons :

1) La toiture : arasement du grossier Chanard et remplacement par un roco non figué)...il faudra aussi adoucier le relief de la carotte de moulage avec un papier de verre au grain très fin.

2) L’intérieur : mise en place d’un lest central et de grillages sur les vitres (tulle),

mise en place d’un sol + personnage et bagages qui cachent le pivot du bogie. Attention, en principe aucun véhicule n'a le droit de rouler portes ouvertes mais cela donne un côté sympa à l'arrêt en gare.

3) Profitons-en  maintenant pour parler éclairage...Claude à poser des leds sur les conduits de lumière sans oublier d'obturer la vitre d'intercirculation (que Jouef à laissé libre)

j'ai suivi son idée. J'explique: les conduits sont assez gros mais, surtout pour mon cas, très bien collés. Je risquais donc d'abîmer. Alors, j'ai pris 2 leds et 1 résistance pour mon fourgon...mais je suis nul en électronique. J'ai fait mon montage (suivi les instruction de Renaud Yver Feux de fin de convoi ) puis j'ai soudé et ...j'ai tout grillé (le nul, la honte)...au bout de 3 essais, je suis passé au montage sans soudure (montages élect sans soudure ).

J'avais un beau condensateur à ajouter pour une meilleure constance; attention, ces éléments sont polarisés...mais il ne m'apportait guère plus, alors je ne l'ai pas installé. En tout cas, ça fonctionne plutôt bien avec le courant haché.

Un cache en canson limite les fuites de lumière...

Pas mal comme résultat.

Qu'y gagne-t-on? c'est simple, une moindre consommation de courant (c'est mieux pour la loco), pas d'échauffement, et une meilleure intensité lumineuse (même à faible intensité).

Remarque: je suis en analogique donc en continu et les leds sont polarisées...ben c'est une chance, le montage est cablé pour que les feux ne s'allument que dans le sens de marche. Si le fourgon repart dans l'autre sens attelé à une loco, les feux sont éteints comme en réalité.

4) Caisse : arasement des mains-montoirs et remplacement en corde à piano. Mise en place d’ardoises et de mains-courantes en extrémité (agrafes)

Reste la question des marchepieds d'extrémité qui sont doubles dans la réalité. Il faudrait donc les refaire et les affiner mais ils sont bien positionnés et je n'ai pas le matériel adéquate...Le "mieux" étant souvent l'ennemi du "bien", je vais les laisser tel quel !

Attaquons le gros morceau, les marchepieds au niveau des portes. 

(photo: Bernard Vieu)

On remarque qu'ils viennent au ras du châssis et que la première marche est au niveau du ressort principal. Ils font la largeur de la porte

Dans ma première version, ils présentaient un compromis par rapport à la réalité, il a fallu que je remonte la base pour garder le gabarit et les tubes se sont postionnés en trapèze (c’est donc faux car les tubes sont droits). Mon premier bricolage était un peu épais.

Claude a eu aussi le souci des marchepieds car ils engageaient le gabarit sur les quai... il a choisi de coller du laiton sur des tiges qui pénétrent dans l'épaisseur du sol du wagon avec repères pour la hauteur.

J'avais une autre idée, d'abord, il faut les refaire...au boulot

Procédé perso

J'ai récupéré les bords d'un kit laiton (16 cm) divisés en 8 portions de 2 cm. Ensuite j'ai tenté de faire un repère puis j'ai soudé de la corde à piano de 3 dixièmes. Une allumette me fait entretoise et on soude tout d'un coup

On a rapidement ses marchepieds...sauf que j'en ai raté un (loi de Murphy oblige)...un peu agacé au bout de 4 tentatives, il est comme il est !

Il m'a suffit de plier à 90° les tiges et de passer à la fixation (on racourcit aussi les marches pour rester dans le réalisme). Pour la fixation, j'ai choisi de percer le chêssis sous la porte; pour deux raisons:

1) Je pouvais occasionnellement retomber sur les trous déjà pratiqués pour mes premiers marchepieds, une passe de peinture rend l'ensemble discret.

2) Je gagnais quelques milles sur l'extérieur pour éviter de gêner la rotation du bogie. Je pense que mes marches sont aussi un peu plus étroites que celles de Claude.

Je crois qu'on est pas mal sur la position et le gabarit. Laphoto donne une impression de "tordu" maisil ne l'est pas tant que ça.

4) extrémités: mise en place de soufflets (1 plié et 1 déplié) aevc suspentes (j'avais, chic) , arasement des faux tampons et remplacement à dimension correcte sur base de plateaux jouef (boisseau en corps de "coton tiges"). Mise en place de mains montoires + une ligne 1500V et de marchepieds

Je ne suis pas allé aussi loin que Claude avec l'arasement des reliefs et pose de décalcs (peindre les reliefs existants me semble très dur)



5) Châssis : mise en place d’une turbo-dyn, la courroie est figurée par une agrafe ronde. Attention à ne pas la poser trop au bord et il faut aussi limiter la taille de la courroie pour ne pas gêner le bogie. On voit l'ouverture façade (sous le soufflets) pour mise en place d’attelages à élongation

6) Bogies : dans ma première idée, je devais poser des bogies roco mais ce fut impossible alors j’ai repris les jouef en supprimant l’attelage et dégageant la place pour le timon de l’attelage court et j’ai adapté des sabots de freins l’obsidienne. Mise en place d’essieux LMT14 et maintien du système de captation d’origine pour l’éclairage.

Voilà le bébé (ancienne photo)… je suis assez content… faudra voir attelé en service.

et la nouvelle version, patinée.

De loin, les changements sont peu visibles mais c'est globalement plus fin. Les premiers essais sont concluants car il passe sans souci partout sur mon réseau (R4 roco mini)

Je tiens vraiment à tirer mon chapeau à Claude pour ce qu'il a réalisé et également le remercier de cette stimulation (et des photos)... C'est mieux mais pas encore parfait.

Bon en étant franc, je ne le ferai pas tous les jours. Finalement, je l'aime toujours bien mon vieux fourgon jouef vintage !

Bricolez bien

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×