Jouefcourt

Lors de la construction du décor de ma partie dite "transition" (située entre le dépôt surélevé et la gare principale), j'ai hésité à en faire une partie totalement rurale et boisée. Mais en parallèle, j'ai récupéré dans un lot des vieilles maquettes jouef proprettes; autant les utiliser...Rural, maquettes et si je fais un hameau ?

Ces maquettes sont toutes au 1/100 donc esthétiquement ça peut marcher... Comme on n'est pas immédiatement au contact des trains, le contraste d'échelle se verra peu. A travers tout cet article je montrerai la différence entre le modèle jouef d'origine (photos prises sur internet) et ce que j'en ai fait (seul ou aidé). L'idée est de mettre en oeuvre tout ce que j'ai acquis pour arriver à un résultat acceptable. J'ai évité de me disperser pour arriver au bout. Le fait de tout faire d'un trait m'a amené à réfléchir sur l'ordre des opérations que je savais faire isolément; c'est intéressant.

Reprenons, nous avons: une auberge, 2 chaumières, une église, une mairie, une maison alsacienne, une petite maison de briques. Si l'on dispose avec des différences de hauteurs de chaque côté d'une route (prévue de toute manière), on peut avoir un effet intéressant. En grattant dans les restes, je pourrai surement faire un peu de kit-blashing pour étoffer mon hameau. Il faut bricoler mais ça ajoute une touche esthétique indispensable. J'ai fait volontairement l'impasse sur les éclairages.

J'ai donc repris chaque maquette: on retire le socle, on refait les vitres avec un rhodoîd, on patine aussi. C'est assez rapide. Des aménagements sont nécessaires et parfois, il faut compléter un mur ou une toiture. Un maximum de détails doit attirer l'oeil sans surcharge inutile.

On dispose de manière à rendre une sorte de distribution longeant la route-rue, le tout noyé dans la végétation (elle aussi proche du 1/100 Mes arbres chinois). De plus, je vais chiner dans mon gourbi pour agrémenter le plus possible mon espace. J'ai des tas d'accessoires, ce sera aussi bien de les placer.

Reste à trouver un nom... 

Habitant en Lorraine, j'ai remarqué que beaucoup de villages se terminaient par "court". Renseignements pris, cela signifie "ferme". Comme ça une concentration de maquettes Jouef et que sans cette marque on serait bien moins nombreux à faire du modélisme ferroviaire, je suis tenté d'appeler mon hameau "Jouefcourt"... comme en plus c'est très ramassé, on peut jouer sur les deux sens du mot "court"... Le village est sur un bord, il se voit bien. Quelques personnages et véhicules complètent le tout. Depuis presque 15 ans, cet espace était vide, le voici arrangé.

La première étape du village est de mettre en place les masses puis de commencer la végétation. Ensuite, vient la disposition des bâtiments.

Empruntons la route qui mène à Jouefcourt

En arrivant, on tombe directement sur l'église qui est protégée par des barrières en bois (cure-dents taillés).

J'ai recherché un effet avec une route boisée qui donne directement sur l'église pour faire des photos (des cyclistes attirent l'oeil).

Résultat de recherche d'images pour "église jouef"

Le travail est une grosse patine (fait par mon beau-frère: merci). L'église borde une placette.

Une auberge est sur l'arrière, c'est "le relais du Pet Lorrain" tenu par Sarah Tatouille. Le tout dans un écrin de verdure.

Elle est assez grande est occupe bien l'espace. Elle ferme la placette sur l'arrière, tiens voilà Dimitri Postal le facteur ! 

Le peu d'espace entre les constructions n'a rien de choquant à mon sens. Le centre de la placette est conçu comme un massif où flâne un couple. Une "grenouille de bénitier" rentre chez elle après avoir raconté les potins à l'abbé Gonia (le fils de l'ancien fleuriste).

J'avais une petite maison en brique de jouef (ref 1982) mais il manquait des éléments de toiture (un pan et un chien assis) et un pignon. Pour les toitures, des pans découpés dans une chute feront l'affaire, un pièce de récup fait la planche de rive et une vieille affiche rompt la monotonie de la façade de briques; une toiture récupérée et recoupée à la dimension me sauve la mise. Sur son banc, Simon Cussonet brocarde les passants avec acidité. Il est un peu aigri.

Quant au pignon, il est reconstitué en carton plume et couvert d'une feuille de papier de verre comme crépis. Ensuite pour ne pas choquer, j'ai couvert de flocage mousse pour figurer la végétation. De ce côté, le bâti s'arrête, il ferme la placette. 

De l'autre côté de la route, les maisons s'échelonnent en terrasse.

Deux chaumières qui doivent encore être un peu animée de vie avec des fleurs, des saynètes et des personnages.

la version d'origine

Résultat de recherche d'images pour "chaumière jouef"

Puis la version "Jouefcourt" où Camille Onnette rentre son bois.

Pareil pour cette autre chaumière

Résultat de recherche d'images pour "chaumière jouef"

Et sa version patinée. C'est la maison d'Alain Béssile. Il est en conflit avec le maire car il a voulu refaire le toit de l'appentis mais come il avait ses combines, il a refait ça avec de vieilles tôle, il n'avait pas le droit mais refuse de changer (la vérité c'est qu'il me manquait cette partie de la maquette)

Plus bas, une maison alsacienne

Curieux de trouver une maison alsacienne ici ? Pas tant que ça ! En 1871, avec l'annexion de la Moselle et de l'Alsace à l'Allemagne, certaines familles ont opté (c'est le terme exact) pour la France (environ 530.000 déclarations dont toutes ne furent pas abouties). Dans notre cas, un riche propriétaire avait décidé de faire démonter sa maison d'Alsace et de la faire reconstruire en Lorraine. Ecoutons-le :

- "Zette maison m'a ruinée, je suis Hans Lipp !". Eh oui, depuis cette date, quand on a plus de sous, on dit : "je suis en slip !" déformation de la citation d'origine. Pour la petite histoire (et ceux qui connaissent), une maison alsacienne a été démontée et reconstruite pour l'exposition de 1909 à Nancy au parc Ste Marie (où elle est encore et fait office de buvette).

Reprenons sérieusement: c'est la maison Jouef ref 1984. Donc j'ai repris la couleur de la façade d'une couleur rosée...vraisemblable ? Oui mais c'est un peu long à réaliser. Beaucoup de façades sont colorées et propres comme l'atteste cette image de Colmar.

Reprise des colombages en marron. Je souhaitais faire une toiture avec des motifs de tuiles vernissées...vraisemblable ? Oui aussi (et tout pareil)...A Obernai. Mais les tuiles jouef ne sont pas assez régulières, alors je me suis contenté du sommet du toit. Vous imaginez ce que cela aurait pu donner.

La version du réseau

Astuce: comment faire des géraniums ?...il faut mettre un filet de colle à la base de la fenêtre puis floquer abondamment (je fabrique et mélange mes flocages mousse). Après séchage, ôtez le surplus non collé puis avec un petit pinceau amener de la peinture rouge vif par petites touches (2 passes parfois)...oh, keçébo !

Une cabane atenante (ou presque) prolonge la maison.

Sur le haut, j'ai replacé une vieille mairie Jouef...plus haut que l'église...elle est de 1905 ? Un chemin escarpé y mène (ça évite de se faire déranger pour un oui ou pour un non...assez dissuasif

Le Maire, monsieur Dalors a demandé à l'agent municipal Gaston Deuse de venir tailler les arbres. Il râle parce qu'il va devoir évacuer les déchets et qu'on ne peut pas monter le camion jusque là.

Un abri avec un banc joue le rôle d'un arrêt de bus pour le ramassage scolaire

Puis le pont qui joindra l'autre partie de décor au delà des voies.

Toutes ces maquettes sont caractéristiques de la grande époque Jouef, pas forcément les mieux placées pour mon réseau mais elles sont mieux que dans un carton.

Côté ferroviaire, c'est un peu tiré par les cheveux mais, détail important, tout est caché.

Le bord côté voies est envisagé comme une reconstruction après la seconde guerre mondiale avec agrandissement du gabarit et bétonnage des voies (bombardées). c'est assez haut car j'imagine que si un jour je veux poser des caténaires, j'aurai la place. Côté historique, les bombardements de la guerre ont obligé à refaire la tranchée soutenue par de massifs piliers.

Le mur de soutènement retient le sol du village, est contreforté. Un grillage (du tulle) interdit l'accès parce que c'est dangereux.

Du côté dépôt, un rempart fait aussi la transition (vous remarquerez un très léger décalage en élévation qui est survenu). Tout était calculé pour que la jointure soit impeccable mais l'élément de décor a été travaillé en atelier, et a du se cintrer. Malgré les précautions, la mise en place m'a apportée une surprise; ce n'est pas trop grave car dans l'ombre et à l'opposé du regard. 

Enfin, de ça ....

....à ça, pas mal de boulot étalé (et entrecoupé surtout) sur 6 mois. Il me reste à faire la partie triangulaire pour terminer (encore 6 mois ?)

Bricolez bien

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×