les 230 F

Nous voici pour un dossier test sur des locos un peu particulières dites 230 F à la SNCF mais ce n'est pas si simple.

Image

Pour en savoir plus: https://fr.wikipedia.org/wiki/P8_ex-Prusse

Modèle réel :

La série d'origine sont des locomotives prussiennes de type P 8 du début du XX° siècle, construites en 3 948 exemplaires à partir de 1906 par Schwartzkoff et ensuite par de nombreux autres constructeurs allemands jusqu’en 1923. Conçues comme locomotives de vitesse pour le service voyageur, elles forment l'une des plus grandes séries de locomotives à vapeur jamais produites. On comprend l'intérêt pour les fabricants de modèles réduits.

Techniquement, ce sont des machines à simple expansion sur deux cylindres et équipées de surchauffe. Ce sont des machines simples et robustes, ce qui leur assurera une longévité exceptionnelle puisqu'elles seront généralement réformées à la fin de l'ère vapeur dans les pays qui en sont dotés. Leur chaudière était interchangeable avec celle des G10 prussiennes (050 B SNCF).

Les machines construites avant 1909 avaient une masse de 72 tonnes contre 75 pour les machines construites après 1910 qui se distinguent par une forme différente des fenêtres de la cabine.

Pays : Toute l'Europe dont France

Compagnie : anciennes compagnies + SNCF après 1938

Utilisation : trains de marchandises, de messageries et trains voyageurs omnibus (voire MV). Elles tractent des voitures à portières latérales, des Romilly, des boîtes à tonnerre

Année de mise en service : 1906-1928 pour l'Europe: 1907-1918 pour la France

Nombre d’exemplaires : 3948 répartis dans toute l'Europe

La France récupère 164 P8 à l'issue en 1919. Une répartition est effectuée entre plusieurs compagnies :

- l'Est reçut 25 machines, immatriculées 3311 à 3335 et formant la série 11S.

- l'AL reçut 25 machines, immatriculées 2350 à 2374.

- Le Nord reçut 75 machines, immatriculées 3.1601 à 3.1675.

-  La Compagnie Etat reçut 17 machines, immatriculées 230-943 à 230-959.

- Le PO reçut 20 machines qui furent échangées contre des 130 du Midi

- Le PLM en reçoit deux qu'elle cède rapidement, les coûts d'entretien étant trop élevés pour une si petite série.

Lors de la création de la SNCF en 1938, les machines P8 sont immatriculées de la façon suivante :

1-230 F 311 à 335, pour les machines de l'Est,

1-230 F 352 à 374, pour les machines de l'Alsace-Lorraine (2 unités rendues à l'Allemagne en 1935),

2-230 C 1 à 75, pour les machines du Nord. 

3-230 E 943 à 959, pour les machines de l'État,

4-230 H 701 à 720, pour les machines du PO-Midi.

Durant la seconde guerre mondiale, plusieurs machines sont rapatriées en Allemagne par l'occupant. Plusieurs sont détruites ou abandonnées sur le front de l'Est. 

Les 1-230 F 600, 607, 641 et 694 (4 machines de la DRG) ont été abandonnées sur le territoire. Elles sont attribuées à la SNCF, comme réparations de guerre en 1946.

Sur la Région Est

Entre 1948 et 1950, 9 locomotives du Nord sont prêtées durant deux ans aux CFL (série 3902 à 3910). À cette époque, la majorité des locomotives survivantes sur les régions Nord, Ouest et Sud-Ouest sont mutées à la région Est et forment la série 1-230 F . En 1958, il restait 56 locos à l'inventaire sur l'Est

Sur la Région Nord.

La région Nord conserve plusieurs dizaines de P8, immatriculées 2-230 C. Les machines du Nord bénéficient de transformations destinées à les harmoniser avec le reste du parc de la  compagnie (porte de la boite à fumée par exemple). 41 machines sont à l'inventaire de la région au 1er janvier 1951 mais plus que 12 en 1958. Elles sont utilisées pour le trafic local, qu'il soit marchandises ou omnibus voyageurs. Elles finissent leur carrière en tête de trains de travaux.

Radiées: milieu des années 60 sur l'Est, 1962 au Nord

Dimensions / poids : 18.59 m pour 72 t à 75 tonnes

Autres caractéristiques :

Chaudière de type Garbe: cet ingénieur allemand (Robert G: 1847-1932) a mis au point des chaudières qui équipèrent 13 types de locos (on les reconnait facilement par un diamètre un peu plus important de la boite à fumée). Ces chaudières pouvaient aussi être modifiées, ainsi le nombre des sablières pouvait être augmenté. C'est pour cela que lors d'une sortie de modèles réduits, il y a toujours des débats sur le nombre et la position des accessoires de chaudière. La série des P8 230 est l'archétype de la réussite des chaudières Garbe.

Pression de la chaudière : 12 hp

diamètre des roues motrices 1,750 m

tenders: 16 C ou 20 B ou 20 C ou 21 E ou 21 D ou 22 A (le chiffre correspond au nombre de m3) que des 20 B et 23 A pour le Nord (données 1958)

Puissance / vitesse : 1180 CV pour 105 km/h

Dépôts directeurs : en France sur l'Est: Sarreguemines, Hausbergen, Sarrebourg, Colmar, Haguenau; sur le nord: Amiens, Lens, Douai, ArrasImage

41 machines de type P8 auraient survécues à travers l'Europe (Allemagne, Belgique, Autriche, Pologne, Roumanie)

Modèle réduit

 Marque : Fleischmann

Afficher l’image source
Référence : pour ma part, je possède la  ref 4161 (230 F 415) et la ref 4167 (230 F 694 avec tender baignoire attesté en réalité)

La 694 est "toutes options": double dôme et pare-fumée

la 415 est plus dépouillée mais tout aussi soignée

Courant continu/alternatif : continu

Echelle :  Ho

Version : analogique

Année de fabrication : les années de fabrication sont très étalées et Fleischmann sort régulièrement cette loco avec des changements plus ou moins importants. Il me semble que la première version SNCF date de 1982 (machine à écran + tender 21m3).

Type de moteur/mécanique :  les mécaniques ne sont pas identiques suivant les versions des tenders.

Le tender 21m3 est de conception ancienne mais qui est encore très bien.

le tender baignoire est plus récent.

De ce fait, les deux versions ont des technologies différentes. Le tender baignoire possède un gros moteur à double sortie avec vis sans fin, les bogies sont fixes avec essieux flottants, l'autre est le classique moteur circulaire Fleischmann. Prise de courant sur la loco + tender = empattement 140 mm (sur la version tender 21 m3)

docs Fleischmann

Entraînement : engrenages, essieux bandagés sur le tender

Digital/Analogique : analogique. On notera que l'éclairage sur ces modèles est encore à ampoules (attention en digital)

Marque et type de décodeur : X présence d'une prise Nem sur els modèles récents

Dimensions/Poids : 215 mm pour 400 gr (version 21 m3) et 235 mm pour 500 gr avec le tender baignoire

Inscription en courbe : passe sur du 481mm sans souci

Attelage : boucle sur boitier Nem mais la loco est vendue avec un attelage profi

Prix : une loco Fleischmann neuve coûte environ 400 € à 460 € mais on peut en trouver moitié moins cher en occasion (850 Frcs à sa sortie en 1982 = 130 €).

C'est souvent un bon plan car au vu du coût d'achat les modèles d'occasion ont été choyés par les propriétaires (le prix faisant déjà un tri)

Expérience :

Pour ma part, je dois avouer que ce sont de très bonnes locos. J'y ai juste ajouté du charbon et une équipe

Il y a toujours des querelles sur l'exactitude des versions en particulier sur les dômes et sablières (nombre et place), sur les immatriculations mais pour le reste, les locos sont fines, détaillées et fonctionnent très bien. On peut faire une différence entre les types de moteurs. La loco à tender baignoire est très douce alors que l'autre est plus bruyante. Ceci est lié à l'ancienneté de conception. Les deux sont assez puissantes pour ce que je leur demande.

Pour moi ce sont de très bonnes locos mais coûteuses (chercher sans doute des occasions en très bon état)

 

Modèle réduit

 Marque : Oskar

le tender est très fin également...on y ajoutera juste du vrai charbon

Référence : 3 modèles ont été produits: AL ref: 1802 ;  Est ref 1803 ; Belge SNCB ref 1805.

Courant continu/alternatif :continu

Echelle :  Ho

Version : analogique

Année de fabrication : 2016 pour les premiers modèles...pas de modèles SNCF en 2018

Type de moteur/mécanique : moteur dans la loco

Entraînement : vis sans fin et engrenages doit entrainant le 3° essieu (les bielles transmettent réellement l'effort)

Digital/Analogique : analogique

Marque et type de décodeur : X

Dimensions/Poids : 215 mm pour 280 g

Inscription en courbe : passe sur du 481 mm sans souci

Attelage : boucle sur boitier Nem avec système d'élongation

Prix : 350 € à sa sortie mais 18 mois plus tard, grosse promo tombant à 169 € si on les prenait par lot (189 € à l'unité). Une affaire !!!

Expérience :

Pour ma part, je suis très agréablement surpris par ce modèle. Je n'ai pas encore testé la traction à l'heure où je publie cette page mais le modèle est superbe même si j'ai eu une frayeur en ouvrant la boite (la bielle déboitée...remise en place avec un peu d'appréhension, j'ai eu la chance de bien la replacer du premier coup).

La loco est très fine; éclairage de la cabine (déconnectable), ouverture de la porte de la boite à fumée (même avec le fanal de la version Est). Je n'ai fait que coller du vrai charbon et installer une équipe. Un petit coup de peinture noire sur la prise entre loco et tender aussi.

Je n'ai rien compris à la commercialisation. Les locos sont sorties à 349 € en analogique (440 € en digital sonore). Puis 2 ans plus tard, elles sont soldées à 189 € et même vendues par lot (169 € l'unité dans ce cas). Y aurait-il eu mévente de modéles d'anciens réseaux ? Deux remarques, la première est que, effectivement le marché était trop restreint, on constate que les autres marques qui ont sorti des modèles d'anciens réseaux en ont soldés (Electrotren avec ses ABJ, et même REE avec des OCEM 19). Deuxièmement, une erreur commerciale et un prix trop élevé; on se souvient que Oskar avait déjà bradé des 75000 tout aussi réussies.

Une loco comme celle-ci avec une livrée ancienne compagnie pose un autre souci: quoi mettre derrière ? Même si les fabricants (Electrotren, REE, LSM) se sont lancés dans les productions de matériel d'anciennes compagnies, on en voit assez peu. Autre indice, il reste longtemps en promotion chez les vendeurs ce qui attesterait (conditionnel !) d'un stock en raison d'un désintérêt des modélistes.

Pour ma part, j'ai des voitures à lanterneaux de Liliput version AL

Et des brochets Roco en marquages AL double marquage (SNCF AL).

On peut parfaitement imaginer un convoi Lorraine vers l'Alsace et retour (ça se fait toujours puisqu'on voit des TER Alsace à Nancy)

On peut aussi atteler des pseudos voitures purement Est que nous a laissé MMMRG. Elles ont roulé de 1888 à 1945 (?) d'après "l'intégralité du matériel SNCF en miniature (qui date un peu aujourd'hui mais qui est bien pratique)

Reste la dernière option de laisser croire qu'une association a restauré la loco en version d'origine ... après tout, il y a bien une 231 E Chapelon Nord chocolat à Mulhouse non ?

Toujours est-il que cette 230 Okar est superbe. J'avoue qu'elle m'avait plu mais pas au prix de départ; avec les soldes, j'ai craqué et j'ai bien fait. C'est une magnifique loco à prix canon...S'il en reste, faites vous plaisir

Enfin, pour être complet, Marklin-Trix a aussi produit des P8 sous plusieurs versions dont SNCF

J'espère que ce comparatif vous a plu

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×