Les RGP

Les Rames Grand Parcours (dites RGP)

Modèle réel : 

Pays : France

Compagnie : SNCF

Série : X 2720 + remorque XR 7700 dite RGP1… utilisables en UM de 3 éléments mais plus souvent de 2 avec une remorque intercalée)

Utilisation : service intérieur et TEE à partir de 1957 sur des lignes prestigieuses (Paris-Zurich, Mulhouse, Milan, Amsterdam...)

Année de mise en service : 1955 (pour remplacer les séries vieillissantes comme les  ABV)

Nombre d’exemplaires : 18 rames construites sur les dessins de P Arzens par De Dietrich.

Dimensions / poids  52.16 m et 80.5 t attelé (48.5t la motrice seule)

vitesse / Puissance: 140 km/h (conso 1.2 l au km). Moteur diesel SACM 12 cylindres en V de 825 cv 4 temps turbo à injection directe (1500trs/mn) disposé derrière la cabine de l’extrémité 1. La transmission à la génératrice (12000W /80V) se fait par une boite hydromécanique. Le bogie est un Y166 pour le moteur et Y 184 pour le porteur.

Autres caractéristiques : 2 réservoirs de 1700l sous la caisse. Présence d’un compartiment bagages de 2t de capacité derrière la cabine. Ce compartiment moteur/bagage est isolé de la partie voyageur par l’espace toilettes.

Dépôts directeurs : Paris St Lazare, Lyon-Vaise, Marseille, Metz, la Plaine et Caen

Amortissement: dès 1999 après avoir été regroupées dans le Sud-est. Dernières rames en service en 2006.

Surnom : les lézards pour les versions vertes.

Souvenir perso : Je me souviens très bien de ces rames en version orange en gare de Nancy dans les années 80 qui desservaient les Vosges (St Dié, je crois). J’étais fasciné par les faces avant joliment profilées et les gigantesques tampons et j’étais très intrigué par les remorques et leur cabine de conduite ridiculement exigües sur le côté gauche de l’intercirculation (inutile dans cette configuration sans UM). Je trouvais que le contraste jurait.

A cause de leur couleur, on a trop souvent tendance à confondre les RGP avec les RTG (rames à turbine à gaz en service sur l’ouest et la liaison Lyon-Strasbourg) qui n’ont rien à voir et qui ont fait les beaux jours de jouef

 

Photo espacerails 

Transformation : A l’origine, les rames étaient toutes des 1ère classe de 56+56 places assises. Puis les rames furent modifiées (la cuisine de la remorque supprimée) pour passer à une capacité de 56 + 72 (voire 76) places. Les versions TEE étaient plus spacieuses. A partir de 1972, les premières transformations commencent avec une nouvelle disposition intérieure, elles se remarquent extérieurement par une livrée orange et grise (et un changement de logo).

Dans les années 80, les RGP1 ont subi une GRG importante avec des changements d’aménagements pour les premiers services de type TER avec 24 places de 1ère et 112 places de 2°cl (alors que ces RGP n’ont pas été conçues pour ça mais plutôt pour des trajets de moyenne distance sans arrêts répétés), de nouvelles portes (type Mielich) mais surtout un changement de face avant et des livrées (blanc / rouge, bleu ou jaune) qui changeaient radicalement l’aspect des rames. Pas très joli à mon gout (ces versions n’ont jamais fait l’objet de reproduction en modélisme).

 

Photo 2ratl

Complément : il est étonnant de constater que les RGP1 sont mises en service postérieurement au RGP2 (immatriculées 2700) qui semblent moins modernes. La raison n’est pas à chercher dans la chronologie mais dans le nombre de moteurs : les RGP1 n’ont qu’un moteur de 825 cv ce qui était devenu la norme pour les gros autorails. Les RGP2 de 1954 diffèrent par leur face avant (plus proche esthétiquement des X 2400) mais aussi des portes d’accès au compartiment moteur pliantes et coulissantes alors que les RGP1 ont des portes avec hublots.

Les RGP1 n’ont été sorties que par deux constructeurs en miniature = Lima et Roco. Voyons ça…. 

Modèle réduit 

Marque : Lima

Echelle : HO réduite au 1/100
Références : toutes les motrices disposent d’éclairage avant (à priori)

ref 1002 version TEE 3 caisses

ref 1003 orange/gris 3 caisses

ref 109711 (pour la version 4 caisses orange)

Versions : 3 ou 4 caisses en livrée verte/ crème ou orange/grise (existe en version 4 caisses), version TEE. Donc toutes les versions mais simplifiées.
Année de fabrication : courant des années 1980
Courant continu/alternatif : continu
Type de moteur/mécanique : moteur annulaire type G
Entraînement : engrenages droits
Digital/Analogique : analogique
Marque et type de décodeur : X
Dimensions/Poids 76.5 cm pour l’ensemble 3 caisses (poids inconnu)

Inscription en courbe : sans souci même sur du 385 mm
Attelage : crochets entre les éléments.
Prix : 90 à 130 euros en fonction de l’état et du nombre d’éléments et jusqu’à 140 euros pour une TEE 3 caisses.


Expérience : Je n’ai jamais vu ce matériel autrement qu’en photo mais ce que je sais sur lima et sur la période de construction (probablement années 80) me permet de tirer quelques conclusions. D’abord, il est visible que la rame n’est pas au 1/87, ce qui était assez classique jusqu’aux années 80 en raison de réseaux souvent serrés et surchargés (dit spaghetti). Il fallait tourner dans des virages secs et les longueurs de réseau ovale sur table limitaient les options. Lima (grand concurrent de jouef à l’époque) s’est détourné du « train jouet » pour aller vers le modélisme au milieu des années 80 avec la sortie des CC 14000, des Dev AO et des corail.

D’après mes infos, les RGP Lima n’avaient pas d’aménagement intérieur, ce qui là aussi est classique pour les productions anciennes. Enfin, le comportement de la rame doit être égal aux autres productions de la marque avec le fameux moteur annulaire G qui équipait toutes les locos. Ce moteur a des qualités : puissant, rapide (un peu trop), d’une bonne prise de courant (car le captage des polarités est réparti entre le bogie moteur et son opposé) mais aussi des défauts : bruit et encombrement.

Modèle réduit  

Marque : Roco
Echelle : HO
Année de fabrication : majoritairement début des années 2000
Références : Les rames disposent d’éclairage intérieur de série par leds

Ref 43033 pour la version TEE des années 90 équipée d’un 3ème phare

Les RGP sont ressorties en 1998 sous 3 ref 43037 et 43037.1 ou 43037.2 = verte avec cuisine

En 2000 : version TEE ref 43034 et 43034.1

En 2001 : sortie des ref 43038 et 43038.1 : verte sans cuisine

Toujours au catalogue Regain Galore (importateur de l’époque), les rames apparaissent jusqu’en 2005 mais identifiées comme fin de série. Le changement d’importateur a mis fin à la production
Courant continu/alternatif : continu

Type de moteur/mécanique : moteur Roco à volant d’inertie, essieux capteurs sont le second du 1er bogie et les 2 du second bogie
Entraînement : cascade d’engrenages sur les deux bogies avec arbre de transmission entre les deux bogies ; le second bogie est très éloigné, l’axe est caché sous l’aménagement intérieur. Bandages d’adhérence sur le premier essieu.


Digital/Analogique
: analogique, la prise nem de digitalisation est prévue sur la platine. L’inversion de feux en analogique se fait par détection du sens du courant en analogique (la remorque possède un capteur), il n’y a pas de liaison électrique entre loco et remorque.

Marque et type de décodeur : X
Dimensions/Poids : rame attelée 60 cm pour 500 grs (350 grs la motrice + 150 grs la remorque)

Inscription en courbe : Passe sur du rayon R4 roco (481 mm) mais l’effet visuel est désagréable en raison de la longueur de la motrice.
Attelage : courts sur boitier à élongation entre motrice et remorque (pas d’attelage sous la cabine de la motrice). Possibilité d’attelage de la remorque à un autre véhicule par boitier Nem
Prix : 250 euros environ (prix vu sur la toile pour des TEE d’occase NBO)

Expérience : Que dire de ce magnifique engin si ce n’est qu’il a les défauts de ses qualités : Disons donc qu’il est parfaitement à l’échelle et très finement reproduit comme sait le faire Roco avec un empattement électrique immense donc ça fonctionne du tonnerre. Mais il est long, voire très long avec un porte à faux avant immense et des jupes basses donc attention aux accrochages de décors, de quais ou aux croisements dans des zones serrées (moi j’ai de la marge). C’est un bon juge de paix (avec le X2800) pour savoir si son décor est trop proche des voies (si la RGP passe, tout passera).

C’est aussi un engin lourd et son défaut est d’éjecter ses bandages d’adhérence à la moindre brusquerie ; en gros un arrêt franc et vous n’avez plus vos bandages. Déchaussée, la RGP « s’essuie les pieds » comme on dit chez les cheminots et elle ne bouge plus. Une fois prévenu, on fait attention mais je dois dire que c’est très bel objet qui tourne parfaitement bien.

On notera que Roco a installé un conducteur dans la cabine de la motrice.

Quelques pièces sont à monter sans difficultés mais leur éloignement de la caisse les rend facilement accessibles et donc fragiles: aérateurs, barres de blocage d’essieux, tubulures, prises, essuie-glaces, mains-montoirs. J’aurai aimé un jupage pour la remorque car je n’avais pas de raison de faire une UM ; la pièce existe chez des artisans comme Mécanic-train (ref soc03 en résine). On voit donc le système d’attelage mais j’ai laissé le cache en lieu et place de « l’accordéon » d’intercirculation… qui est oint au sachet de détaillage : tout ça étaient naturellement prévu par le constructeur. Tout est posé avec une goutte de colle à bois pour éviter toute perte en ligne. J’ai terminé par une légère patine terre ombrée sur les flancs de roues et bogies et le noir de graisse sur les tampons.

 

J’espère que vous en savez un peu plus sur ces très beaux autorails. 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site