le voyage en TGV

En 1982, papy Milou, président de la section Est de la fédération des cheminots retraités (authentique) s'est mis en tête de faire un voyage en TGV, le nouveau fleuron technologique de la SNCF.
Mais en 1982, le TGV c'est Paris-Lyon et en habitant Reims, ce n'est pas facile.

Il faut bien reconnaître qu'un des domaines de prédilection de papy Milou c'est bien l'organisation. Il monte un voyage tip top avec correspondances rien que pour faire un tour de TGV avec ses retraités. Comme il restait une petite place, je me suis glissé dans le groupe, plus pour le TGV que pour les retraités (je n'avais pas encore 12 ans)...

Départ vers 6 h pour prendre le « dijonnais ». Un train tracté au départ par une 72000. On laisse passer un train de messagerie tiré par un 68000...




... et la 72000 vient atteler.



A l'heure dite, nous voilà partis. "Attention au départ"



Le début du parcours jusque Chalons sur Marne (pas encore « en champagne ») se fait hors caténaire. Puis on descend vers Dijon par St Dizier.
A Culmont-Chalindrey, changement de machine pour une bonne vieille Jacquemin 25100 qui nous emmènera jusqu'à Lyon. Alors qu'on voit déjà plein de 22000.



Ici, une 22200 tire un train d'UIC et de DEV AO




La 25100 est prête direction Lyon!



On arrive enfin, un peu avant midi à Perrache... Milou avait réservé une partie du buffet de la gare pour son corps expéditionnaire ; même menu pour tous : saucisse-purée. Le TGV en prévu pour 14h30 ; il ne faut pas trainer.
Le voilà ce fleuron nouvelle génération... orange, ça paraissait bizarre sur les photos de la « vie du rail » mais là c'est moins choquant... et on ne risque pas de le louper!






- « Papy, tu m’as fait bouger, la photo va être floue ! »
- « dépêche toi et monte ! »
Je suis un peu déçu des couleurs des sièges... bleu et vert pétant en 2°. Ca y est, on y va... on prend la LGV, on ne se rend pas compte de la vitesse, même en regardant le paysage...

-" T'as vu on est passé à la gare de Depardieu"

-"La part Dieu ! papy"

-" oui je sais c'était pour voir si tu écoutais !"

-"mais bien sûr!"
- « tiens regarde les falaises, on voit bien les couches généalogiques »
- « géologiques papy, géologiques !! »
- « c’est ce que je voulais dire ! »



Voici une photo authentique prise par Milou pour le souvenir

et Milou

  
- « Alors t'es content ? »
- « Oui, mais on ne sent rien par rapport à un train normal! »
J'ai passé une partie du voyage dans l'interconnexion pour ressentir des choses. Mais voilà que Paris s'annonce déjà...

 

hop, on saute dans le métro pour rejoindre Paris-Est... heureusement, Milou a été élevé à Paris et il nous guide sans faille.
Le train est déjà à quai avec une bonne vieille 15000 direction Charleville mais on s'arrêtera à Reims.


Nous voilà repartis... 3° train de la journée... on sort de Paris en voyant le matériel spécifique... tiens c'est Pantin,


- « Et c'est pas parce qu'on est à Pantin qu'il faut faire le Guignol ! »... Oui Papy, je sais mais là, j'en ai plus la force. En plus, la clim me donne mal à la tête... vivement l'arrivée.
Reims qui vient vite même la section en voie unique banalisée contrôlée depuis le PC Reims entre Epernay et Reims me paraît court alors qu'en Picasso omnibus c'est plutôt long. Parfois c'est un train de romilly ou de Bruhat ou un mélange comme aujourd'hui… tracté par une 12000. On le dépasse presque sans le remarquer…mais moi j’ai l’œil !



Voilà, de retour à Reims, nous avons fait notre tour de TGV, mais je vous avoue que j'en ai plein les raquettes... au lit, je vais bien dormir.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site