éclairage d'une voiture-lits

La question des frotteurs – complément

En complément à mon article sur cette question présenté sur ce site (http://lereseaudepsx.e-monsite.com/pages/la-rubrique-de-j-m-f/la-question-des-frotteurs.html), je propose la description d'un montage que j'ai appelé "système haut de gamme" sur une voiture de qualité.

En effet une opportunité récente m'a permis d'acquérir une voiture-lits type UH–TEN de chez ROCO; occasion en très bon état (il existe plusieurs variantes de ces voitures de très belle fabrication dont des versions avec des essieux classsiques). Cette dernière est très bien gravée, avec un aménagement intérieur détaillé et équipée d'origine de ce système de captage.

 Le système "haut de gamme" :

Les voitures à bogies ou à 2 ou 3 essieux de cette gamme ont toutes les roues qui captent le courant, l'essieu étant coupé électriquement en deux par un tube isolant. Les flancs de bogie et les flasques des boîtes à essieux en métal et donc prennent les deux polarités du courant par chaque pointe d'essieu. Ce système est réservé à certaines fabrications industrielles de haut de gamme. Bien que ce genre d'essieux soit aussi monté sur des productions industrielles courantes comme les voitures Lima des années 90 (sans contacts électriques, bien sûr). Ces essieux à demi-axe isolé sont aussi en vente au détail chez de grands constructeurs comme Roco et certains disposent même d'une résistance intégrée pour la détection des convois (existe aussi en version à rayons). Le roulement reste excellent malgrè ce dispositif.

La voiture-lits ROCO :

Son démontage est délicat : le toit est finement encliqueté sur la caisse, laquelle est tout autant bien encliquetée sur le châssis ; la séparation de ces deux derniers éléments est quasi invisible. C'est un beau travail industriel mais précis et fragile.

Des câbles sont soudés d'origine sur des lamelles fixées au le châssis et qui passent sous l'aménagement intérieur. Elles relient les captages de chaque bogie et se terminent par des V souples traversant le châssis par des lumières. Ces lamelles souples frottent sur le dessus horizontal metallique des flancs de bogies.

Il suffit de connecter un éclairage à ruban à leds, accompagné de son petit module d'alimentation et du condensateur anti-scintillement.

Sur ce modèle, j'ai collé avec un adhésif double-face le ruban sur une plaque en polystyrène de 1mm  collée sur les tenons internes de la toiture. En outre j'ai relié le toit avec la caisse par des micro-connecteurs pour faciliter la maintenance.

Donc huit roues captent le courant. Cependant, il faut bien nettoyer les roues et les zones de frottement sur les flasques des bogies. Ces derniers se démontent par désencliquetage en tirant ; attention, délicatesse obligatoire. En effet, dès le début, des défauts de captages se sont produits. En outre, il faut attendre la première mise sur la voie pour que le condensateur neuf soit «formaté » électriquement et chargé. Le nettoyage indiqué ci-dessus est indispensable. Peu après, tout était rentré dans l'ordre. Le captage est vraiment très bon.

Je présente ci-après des photographies que j'espère explicites à partir de cette voiture ROCO

 Le toit doit se démonter délicatement et on voit les fils d'origine du précablage

Détails de l'aménagement et sortie de câble. 

Puis le dessous détaillé du châssis.

Le détail du dessous d'un bogie 

Le dessus de bogie et ses flasques métalliques de captage qui enserrent les pointes des essieux et frottent sur les palpeurs fixés au châssis.

Les palpeurs ressorts de contact à travers le châssis 

Les lamelles de contact parcourent le châssis dans sa longueur, ce sont sur ces lames que les fils de précablage sont soudés.

Le ruban à leds avec son module d'alimentation est prêt à être installé .

La caisse et le toit sont reliés par des micro-connecteurs en cas de nécessité de démontage ultérieur.

Détail de la liaison avec les micro-connecteurs. 

La voiture remontée et éclairée côté compartiments.

Cette voiture fera partie d'une rame de train de nuit, composée de voitures-lits diverses et de voitures-couchettes, la plupart en version à toit haut (ROCO, RMA). J'ajouterai un wagon porte-auto à bogies vert JOUEF pour en faire un train auto-couchettes. J'ai déjà installé des feux de fin de convoi sur ce wagon, et cela constituera sans doute un prochain article.

Ces modèles réduits de voitures-lits et couchettes ont des aménagements intérieurs très détaillés. On pourrait y mettre des personnages couchés ou dormant, mais cela n'existe pas sur le marché, me semble-t-il. Mais quand on dort, on ferme les rideaux, donc on n'est pas visible ; n'est-ce-pas ?

 - J-M F – Avril 2015 -

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×