le Langeac de Gérard

Aujourd'hui, GérardL se lance dans un chasse-neige Langeac

photo: "le matériel moteur de la SNCF en 1970", Denis Redoutey, Editions LVDR, page 400

Historique

Les 79 chasse-neige furent construits par les ateliers de Nevers et mis en service de 1956 à 1968. Le premier chasse-neige mis en service a été affecté à Langeac ce qui explique leur surnom.

Ils sont basés sur des châassis de wagons couverts, on en rencontre des modèles de types courts (empattement 3,75 m, sur ex-Primeur PLM court de 1910/1920) et long (4,50 m, sur ex-couvert OCEM 29), Les châssis sont lestés (parfois de coupons de rail) et le chasse-neige tare 30 tonnes environ. Leur vitesse en travail est limitée à 30 km/h mais ils peuvent rouler jusqu'à 70 km/h en acheminement (étrave en arrière). Ils étaient prévus pour dégager une couche de neige allant jusqu'à 1.20m.

Ils étaient généralement utilisés par 2 encadrant une 63500 ou une 66000 (parfois en UM), du temps de la vapeur, leur pousse était confiée à tous les types de machines de réserve dans leurs dépôts respectifs: 141R, 140C, 141TA, etc..

En 1970, on retrouvait ces chasse-neige partout en France avec une répartition comme suit:

Epinal (1), saint Dié (1), Audun le roman (1), Sarreguemines (1), Hausbergen (1), Belfort (1), la Plaine (2), Creil (2), Tergnier (2), Longueau (2, Boulogne (2), Lens (2), Délivrance (2), Trappes (2), Mantes (2), Caen (2), Le Mans (2), Achères (2), Sotteville (2), Argentan (2), Rennes (2), Etampes (1), St Pierre des Corps (1); Limoges (1), Montluçon (1), Aurillac(2), Ussel (2), Neussargues (1), Toulouse (1), Tarbes (1), Foix (1), Laroche (1), Clermont(1), Langeac (1), Dijon (1), Paris (1), Besançon (1), Pontarlier (2), Morez (2), Vénissieux (1), Saint Etienne (1), Le Puy (1), Chambéry (1), Grenoble (1), Bourg en bresse (1), Bellegarde (1), Annecy (1), Albertville (1), Marseille (1), Nice (1), Avignon (1) Portes (1), Veynes (2); Briançon (1), Alès (2) Séverac (2), Narbonne (1).

De nombreux dépôts en possédaient jusqu’à 4 exemplaires après regroupements. Ils connurent une carrière relativement longue, les derniers furent radiés au début des années 2000, Certaines étraves poursuivent leur carrière sur des châssis plus modernes (couverts Standard).

GérardL s'est lancé dans la même démarche que la SNCF en transformant un wagon Piko. L'étrave (qu'il avoue n'être pas conforme dans les formes) est constituée par un tube de PVC retravaillé.

Le wagon est démonté

Pour d'une part modifier le système d'attelage afin de poser l'étrave et d'autre part pour couper la caisse en deux car les Langeac sont plus courts.

Ici un essai en condition réelle, la 67400 est poussée à la main mais l'effet est bon. Le wagon n'est pas fini mais la neige n'attend pas 

Bien mais trop différent d'un vrai Langeac. Après avoir remis aux bonnes dimensions la caisse du wagon, Gérard L a collé la traverse porte tampons du wagon d'origine Piko.

Ensuite il a repris l 'étrave à l'imprimante 3D un dessin impossible à faire d'une seule pièce. Elle est donc en 2 parties collées et enduite.

Il ressemble beaucoup plus au Langeac qu'avec l'ancienne étrave, en espérant qu'il sera aussi efficace .

à suivre

Merci à GérardL de partager son travail avec nous

pour mémoire, un kit en Ho existe par AMF87

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×