Plombières

Bonjour,

Nous nous retrouvons ici pour un reportage sur un réseau exceptionnel, extraordinaire… le premier truc que j’ai pensé en le voyant est que j’allais manquer de superlatifs.

Présentons d’abord les choses : par le hasard d’internet et de personnes sympathiquement bien placées, je suis entré en contact avec Bernard.
Bernard est une personne d’une grande gentillesse qui nous a accueillis chaleureusement pour faire le tour de son réseau. Il a accepté que je prenne des photos et a expliqué des quantités de choses sur les détails de construction, les tours de main…Je n’avais pas assez d’yeux. L’après-midi a passé comme un rêve dans la bonne humeur et la convivialité.

Posons le décor : Il s’agit de refaire la gare de Plombières (Vosges) et le train des eaux.
Bernard a eut une démarche finalement assez rare de copier le plus possible la réalité. Il avait sous la main une bonne documentation et un talent fou, ce qui veut dire que tout est fait main…à partir de là, le silence devient un superlatif… on ne sait plus quoi dire car les mots ne sont plus assez forts pour exprimer ce qu’on ressent.

Passons aux choses sérieuses : Le réseau est de type étagère en hauteur (environ 1.50m) en forme de U. Il est en voie shinohara code 70: ce qui veut dire reprise de tous les essieux de tout le matériel roulant. A certains endroits, Bernard a même mis des éclisses type proto 87. Le tout est commandé en digital avec sonorisation de plusieurs locos. On est dedans au sens propre du terme.
Je vous propose une balade qui pourrait parfaitement se passer du moindre commentaire mais je donnerai quelques pistes pour poser le regard.

En entrant à gauche, le réseau commence par un PN que nous appellerons PN de Sommeilles-Nettancourt : petite visite.



Les carrés sont fonctionnels pour la lumière et le mouvement. J’ai oublié de préciser qu’à gauche, les trains s’enfoncent dans une partie cachée où ils peuvent soit être stockés soit faire une boucle pour revenir en sens contraire.

Mais approchons nous du PN…




L’arrière de la maison du garde.


Sous l’autre angle.


Les poules sont là, le chien est attaché… je vous rappelle qu’on est au 1/87.

Passons le PN pour passer devant les jardins-potagers.


Nous arrivons dès lors sur Sommeilles-Nettancourt qui a un joli poste d’aiguillage.


Tout y est même la cafetière sur le poêle.


Mais déjà nous voilà sur Sommeilles, on arrive côté halle marchandise où stationne un train de service.




Et puis enfin la gare: Côté quai.

On devine le funiculaire à droite.

Voyez un peu la finesse du lampadaire.


Enfin le BV !


Quittons Sommeilles sans oublier de jeter un coup d’œil sur l’extrémité de la gare.


Nous passons devant le village avec la copie conforme de la maison de Bernard. Le voisin a tiré une rallonge pour sa scie circulaire.


Et la rue sur l’arrière (comptez bien les maisons… il y a un piège).


La ligne s’en va vers la campagne par une grande courbe qui s’enfonce dans la verdure.


Mais le réseau continu et les trains ne sont ni en vue ni audibles ????
-il y a un truc derrière ?… oui me dit simplement Bernard, il y a encore 7m…
Retour des trains sur une portion en courbe parabolique avec un autre petit PN sympa.


Je peux vous assurer que les feux clignotent mais la photo s’est déclenchée entre les 2 allumages… Il permet l’accès à un petit bourg.


Il y a encore du chemin avant le terminus.
Pour eux aussi… voyez le fil barbelé qui plie sous la tension bovine.


- t’y arrives ?
- si tu crois que c’est facile !
- on va être en retard chez maman !
- bon ben alors j’y arrive encore moins ! tu peux pas m’aider ?
- je ne suis pas habillée pour !
- et moi alors ?
- oui mais toi t’es un homme.
- Belle jambe !
- arrête d’être désagréable.

Au loin une jolie ferme vosgienne surplombe le paysage.


En contre bas, une remise.


Sur l’arrière... les détails en lumière.


Les mêmes dans la pénombre.


Devant la remise… un tas de charbon.


Ce coup-ci, on se rapproche franchement du terminus.

Encore une fin de courbe et nous voici sur le viaduc.


Ca y est on arrive… le pont métallique devant l’usine d’embouteillage.



L’usine a des bureaux aménagés avec le personnel et même les courbes de la production.


L'arrière de l’usine.


Et le tas de palettes au fond de la cour.


Et voilà enfin Plombières.


La halle


Une belle « flouté artistique »


On y est presque (ce sont mes Romilly, dignes d'être là, je suis touché)


On y est !! Le parking derrière la gare.


Un autorail attend le départ à Plombières…


vous êtes impatients… je le sens un peu ; ben voilà !!


La voilà… apothéose de la visite... un bâtiment hors des stéréotypes en raison de son implantation dans une ville thermale. Il fallait du cossu, du majestueux… cette impression est gardée en HO avec cette construction intégrale.


Le haut.


Et les dessous.


le centre du BV.

Les suspensions sont des copies en Ho des véritables suspensions… regardez aussi la balustrade dans le bâtiment de gare.

Bernard c’est un grand, un très grand modéliste… il est tellement gentil qu’on qu’une envie c’est de lui dire MERCI... Merci pour son travail et merci de nous le faire partager.
Un modèle à suivre sans aucun conteste…si un jour, je fais simplement le quart de ce qu’il sait faire, je serai content.
Bernard comme François sont pour moi parmi les plus belles rencontres ferroviaires que j’ai faites.
J’espère que vous avez aimé ce reportage autant que j’ai aimé le faire et vous le faire partager.




Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site