historiette des types de voiture

En dehors des voitures à essieux et des voitures de banlieue qui ne font pas partie de ce rapide exposé, j'ai décidé de faire un petit tour d'horizon des styles divers des voitures à bogie depuis les années 1920. On remarquera des formes de similitudes liées aux techniques de construction, aux évolutions technologiques mais aussi à l'esthétique de l'époque de la conception... Cet exposé n'a pas de prétention et se veut juste descriptif. Je rappellerai juste que le système d'intercirculation par soufflets est attesté dès 1908.

Face aux risques de suraccidents graves en cas de déraillement: écrasement des structures en bois ou embrassement des celles-ci comme dans l'accident de Villepreux en 1910. Les compagnies se tournent vers des voitures métalliques, plus rigides, plus sécurisantes mais aussi plus lourdes.  Globalement, les vitesses de ces voitures progressèrent avec le temps de 120 à 200km/h suivant les bogies. Beaucoup de voitures potent les noms spécifiques soit d'origine d'étude (DEV), d'ingénieurs (Forestier) ou de lieux de modernisaton (Romilly)

Les années 20

Les compagnies ont fait construire des voitures servant au besoin de leurs grandes lignes, parmi les nombreux exemples, citons les OCEM (Office Central d'Etude du Matériel) en version  RA (rivets apparents) ou FL (faces lisses, ) les Bacalan. Ici une OCEM RA Jouef.

Toutes construites entre 1924 et 1940 ces voitures sont assez courtes (21 à 22m), les portes en retrait avec parfois des ouvertures en extrémité de voitures de forme ovale marquent le style années 20 (visibles sur les OCEM FL). Leur poids de 43 à 49 tonnes suivants les configurations nécessite des locos capables de les trainer ou d'éviter les trains trop lourds.

Les années 30

Les Rapides nord (1928-1938) ou les Métalliques Est (1929), illustrées ici avec un modèle Roco sont les voitures typiques des grands trains des années 30-40. Les Métalliques Est au nombre de 430 unités de différentes séries étaient des voitures de 23m allant de 42 à 50 tonnes.

Les années 40:

En raison de la guerre, aucune voiture importante n'a été produite mais on a intégré au parc SNCF comme dommages de guerre des voitures allemandes des années antérieures, ainsi les Bastilles ou les ex-DR (un peu plus courtes 20-21m) comme cette Jouef.

Ou encore des "Brochets" dont on trouve peu de traces sur le parc SNCF (ici une Roco)

Les années 50

On voit durant cette décennie le renouveau du matériel remorqué avec d'une part des rénovations mais aussi des créations totales sous plusieurs sous séries, en particulier les DEV = Division d'Etude des Voitures en variante AO =acier ordinaire ou Inox en version courte (1946-1954) avec 23 m et 38 à 43 tonnes. Superbement reproduites par REE récemment. On trouve aussi parfaois l'appelation de 'forestier" du nom de l'ingénieur en charge du projet.

Puis des DEV AO longues (1955-1959) avec leurs 25 m et 43 à 45 tonnes (une Lima)

Les DEV inox sont concomitantes (1950-54 pour les courtes dites aussi Mistral 56 et 1955-70 pour les longues). Les versions longues tarent 37 à 40 tonnes pour 25m (les courtes tarent au minimum 34 tonnes). Un modèle Jouef illustre ici ces belles voitures.

Mais on trouve aussi les Bruhat (1958-59) sur la base de voitures PLM et prussiennes récupérées datant d'avant la première guerre mondiale. Cette Roco montre un modèle en fin de carrière.

Tout comme la rénovation en 1957 de voitures dites Romilly sur de vieux châssis de 1907 pour certaines. De Massini avait sorti en son temps une magnifique reproduction.

La métallisation de voitures a permis de faire de grandes économies en rajeunissant les caisses sur de vieux châssis qui roulèrent encore jusque dans les années 90 (moyennant parfois des changements de bogies).

Les  années 60 sont celles du renouveau et de la variété des voitures. Il faut apporter plus de confort aux usagers mais aussi remplacer du matériel dépassé en fin de vie. Les divers services dont rapides intérieurs, TEE et trains internationaux débouchent sur des matériels spécifiques.

Les UIC (Union Internatioanle du chemin de fer) de 24.5 m tarant entre 40 et 45 tonnes sont les voitures polyvalentes de ces années. Les DEV restant plus sur le service intérieur, les UIC sont incluses dans des trains au long cours avec des versions couchettes. Elles restèrent longtemps en complément de trains corail. Les Roco restent toujours de belles voitures malgré la mise sur le marché des R37 et REE modèles

Des USI  pour Unifiées de Service Intérieur (ici une LSM) qui sont pour moi les ancêtres directes des Corail par leur architecture (climatisation en moins). Elles taraient 34 à 37 tonnes pour 25 m.

Les Mistral 69 fleurons des rapides et autres TEE des années 60, ces belles voitures nécessitant un fourgon générateur avaient une masse de 43 à 56 tonnes (pour le fourgon générateur) pour 25.5 m. Jouef et LSM ont refait ces voitures (ici la Jouef)

et les lourdes Grand Confort (ici en version Euraffaires par LSM) de 50 à 63 tonnes pour leur 25.5 m.

Les années 1970

C'est la génération des voitures COnfort sur RAIL (ou corail) qui ont été construites en plusieurs tranches jusqu'en 89. Illustrées ici par une Lima, elles présentent un compartiment coach (dit couloir central) avec des plates formes aux extrémités de voitures (l'une portant 2 toilettes et l'autre un espace bagages et des armoires techniques). Elles sont climatisées. Leur taille de 26.4 m pour 40 à 42 tonnes et leur architecture figent les dernières voitures construites pour la SNCF. Il en reste quelques unes (les plus récentes car livrées jusqu'en 89) avec des décos diverses pour des services moins prestigieux (intercités voire simplement TER).

Les Vu75 et suivantes (ici une Roco) à couloir latéral et compartiments ont des portes aux extrémités de voiture. Avec leur 39 à 46 tonnes pour 26.4m, ces voitures sont complémentaires des VTU surtout qu'elles furent aménagées en couchettes. Ces voitures sont calquées sur les VSE (voiture standard Européen) pour le service international.

Depuis, la SNCF n'a plus fait construire de voitures mais des remorques d'automotrices dont le fer de lance est le TGV. Le temps de la "voiture" au sens strict me semble bien fini hélas.

La préservation:

Si beaucoup de voitures sont parties (ou partent encore) à la découpe, des associations en ont sauvées certaines. Mais les recherches donnent des résultats confus... les photos récentes trouvées sur le net sont-elles de voitures préservées, détruites, en attente de restauration; photos récentes ou non ? Beaucoup de questions souvent sans réponse claire. Il reste pourtant quelques voitures qui roulent encore grâce aux associations, on peut citer des Bruhats, des UIC, des USI ou des DEV inox (plus résistantes à la corrosion) sans doute d'autres. Pour le reste, je n'ai pas vu de DEV AO. Il y a des voitures anciennes parfois: express nord, boites à tonnerre (voitures à essieux non illustrées ici)

Un jour, une question me fut posée sur la conservation des "Corail" qui commencent à être réformées. Il est peu probable qu'on puisse en sauver car je crois qu'il y a de l'amiante dans les caisses ce qui obligera à une démolition totale par des entreprises spécialisées.

Voilà pour ce rapide exposé sans prétention si ce n'est de donner une idée de l'évolution du matériel grâce à quelques miniatures bien faites.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site