l'éloge du saucisson

En voilà un bon titre !!

Résultat de recherche d'images pour "moteur saucisson"

Une allégorie charcutière qui, à première vue, n'a rien à voir avec le train. Et pourtant, c'est le surnom d'un moteur employé par Jouef au début de son histoire et qui mérite une petite explication.

La légende confirmée sous la plume de Cl Lamming veut que Jouef, qui s'orientait vers les trains-jouets, avait acheté en Allemagne les machines-outils permettant de faire les moteurs des gyroscopes de V1. Ces moteurs à rotor sans fer montés sur des roulements à bille avaient de nombreuses qualités. La fabrication a été sous-traitée sous contrôle de Jouef (M Baudry) à l'usine de Foncine. Le moteur a été surnommé « saucisson » car, dans sa première version, il était entouré d'une sorte de papier isolant brun façon charcuterie.

Les premiers moteurs fonctionnaient en 6.5 V (piles) puis ils furent modifiés en 12 V. Ces derniers sont confondus dans la dénomination. Même s'ils sont un peu différents, ils ont les mêmes qualités. Les tout premiers furent installés dans les locos en 1954 lorsque Jouef a commencé la commercialisation de trains électriques (et non plus mécaniques).

Les derniers furent plus grands avec un carter noir (comme sur la photo).

Résultat de recherche d'images pour "moteur saucisson"

Malgré son encombrement, on voit qu'il est très en avance sur son temps avec un double axe (suivant série) et 2 engrenages. Ce moteur à la caractéristique d'avoir un excellent fonctionnement et surtout une très grande inertie ce qui permet de se passer de volant d'inertie. En gros, c'est un must.

J'ai craqué en achetant une 231 C (12 V).

Analyse: LA 231 C est en elle-même une Révolution, première loco vapeur Ho à ressembler à une vraie loco même si la gravure et les proportions sont un peu fortes et que l'essieu central n'a pas de boudin pour l'inscription en courbe. L'embiellage est simplifié mais nous sommes en 1960 et rien n'est comparable sur le marché à l'époque.

La chaudière fut gonflée pour accueillir le "Saucisson".

Résultat de recherche d'images pour "moteur saucisson"

puis en 1973, il fut remplacé par le M20 avec courroie (j'ai aussi: ma première vap !)...une catastrophe

Mais revenons au "saucisson", le voir en action est stupéfait même aujourd'hui. Si l'on tient compte des défauts de la 231 C par exemple: légèreté des bogies avant et arrière, lest insuffisant du tender, peu de captage et d'empattement électrique court; la loco est pourtant souple et très agréable. La puissance est étonnante tout comme le silence mais aussi la souplesse.

En gros, la question est pourquoi avoir abandonné ce moteur génial ?

Il y a plusieurs raisons

- La première est l'usure des machines-outils qui ne pouvaient peut-être plus produire longtemps

- La seconde est une économie: ces moteurs étaient peut-être trop chers à produire pour du jouet.

- La troisième tourne autour des modèles qui se sont affinés courant des années 60 et ce moteur était trop encombrant pour être logé dans les locos...ce qui est en partie faux, pour les vapeurs, les motorisations ont migré vers les tenders (il y avait sans doute suffisamment de place), pour les locos électriques et diesel, la place est aussi suffisante. Des lests bien placés auraient pu convenir et compléter la motorisation déjà lourde. Restent certains modèles qui ne pouvaient pas accueillir le "saucisson" comme les 12000 (et dérivés) mais aussi les 66000.

- Le dernier point est l'impossibilité de faire un moteur avec les mêmes caractéristiques mais compact pour les nouveaux modèles; question de coût. D'après les sources, dans les années 70, Jouef fait fabriquer 1.2 Million de moteurs par an. La politique était de tout faire et non d'importer des moteurs mais le prix concurrentiel des moteurs Japonais (60% moins cher) poussa à changer de politique.

L'éternelle question que se posent beaucoup de modélistes est pourquoi a-t-on abandonné ce super moteur ? Il aurait gommé un certain nombre de défauts récurrents chez Jouef.

Il m'arrive encore de la faire rouler rien que pour la curiosité. Même si elle tape les tirefonds, moi, je l'aime bien.

A bientôt