La commande Gaugemaster

En lisant ma revue préfèrée, je suis tombé sur un article dithyrambique sur la commande analogique Gaugemaster.

Il en existe plusieurs versions dont une télécommande filaire dite "W".

Posons le principe:

vous avez un transfo alternatif qui vous débite du 16V (le mien en noir est un roco ref 10718 de 15V, l'autre sert pour les éclairages du réseau) puis vous branchez votre gaugemaster (fixe ou filaire) qui vous sert de redresseur et de potentiomètre. Elle débite ainsi du 12V continu pour la traction en courant haché donc avec une meilleure puissance et un meilleur ralenti.

Je cherchais un matériel plus performant pour les ralentis que je trouvais insuffisamment sensibles avec mes commandes roco d'origine (ref 10719); ici à gauche sur la photo (je les ai gardées débranchées pour l'instant).

Pour moi rien n'est plus beau qu'un train qui roule doucement, on a une meilleure impression visuelle et un sentiment de puissance allié au bruit du passage des éclisses et des aiguillages...

L'avantage de ce système est le boitier filaire. Il suffit de mettre où on veut des prises DIN 6 broches recommandées (mais on n'utilise que 4 broches: 2 pour l'entrée alternatif d'alim 16 V et 2 en sortie pour les voies en 12V). On a à la fois une liberté de mouvement et un contrôle.

Pour avoir vu en expo des utilisateurs, ils sont tous enchantés, c'est ce qui m'a décidé.

Il faut bien réflèchir à l'implantation des prises et être rigoureux sur les branchements... pour le reste, c'est les doigts dans le nez.

Résultats.

Le potentiomètre est très fin et le boitier bien que peu ergonomique est petit (c'est du design anglais sans être méchant) mais le plaisir et l'agrément font vite oublier ces détails. Il faut prévoir un système pour accrocher vos gaugemaster lorsque vous ne les utilisez pas (histoire que ça ne traine pas partout).

Par contre, les soudures sur les prises DIN m'ont sérieusement cassé les pieds (avais-je l'esprit ailleurs?): toujours est-il que peu convaincu du système, j'ai fait mon branchement avec de simples prises téléphoniques: moins fines certes mais sans soudures. Je les ai montées à l'envers (tête en bas) pour avoir la sortie du fil vers le haut. Le tout est plus plat que les DIN et tout aussi pratique (sans doute moins fragile aussi). On fait un montage propre sous le réseau en faisant bien attention de tout brancher exactement pareil.

Les locos ont un excellent ralenti, parfois proche du niveau du digital mais les feux sont quasi invisibles. Le niveau sonore est variable suivant les modèles mais pour certains, les résultats sont surprenants (y compris du très vieux jouef).

Des esssais ont été fait HLP mais aussi en charge (30 wagons lourds: 100 essieux). Les locos types modernes (BB, CC) les arrachent en douceur sans souci alors que les vapeurs s'essuient les pieds mais ça me semble logique: déjaugeage lié au tender et répartition différente de la traction. Jamais, je ne fais rouler de tels trains donc, je suis ravi. Je retrouve un plaisir de jeu un peu frustré par les sous-stations Roco.

Une petite vidéo de présentation:

 

En France, il est facile de trouver ce matériel mais il est assez onéreux, heureusement il y a d'autres lieux pour s'en procurer.

J'espère vous avoir fait découvrir quelque chose.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×