les 72000 en modélisme

Ah les 72000, que de souvenirs alors qu'elles sont radiées. Penchons nous sur ces monstres: une ligne superbe, plus de 100 tonnes, un moteur énorme. Je me souviens, gamin, voyant arriver ces locos, du son et du sol qui tremblait; j'adorais !

De toutes les nez cassés en version CC, les 72000 sont mes préférées, je n'aime pas trop les CC 6500, les trouvant trop allongées, alors que le toit arrondi des 72000 donnait selon moi un plus bel aspect... alors, si on se le faisait ce petit dossier test...

Modèle réel :

Pays : France

Compagnie : SNCF

Utilisation : Voyageur puis fret

Années de construction et de mise en service :1967-1974 par Alsthom (Alstom aujourd'hui)

Nombre d’exemplaires : 92

Dimensions / poids : 19,54 m ht pour 114 t

Puissance / vitesse : 2250kW (3000 cv): moteur d'origine de 105 L de cylindrée V16 AGO à démarrage pneumatique tournant à 1350t/mn maxi couplé à un alternateur qui alimente les moteurs de traction montés sur des bogies Y 218. Vitesse entre 80 et 160 km/h en fonction de la position du réducteur.

Autres caractéristiques : réservoir de 5500 L pour 1000 km d'autonomie environ (soit 7 l au km de moyenne variable suivant la position du réducteur). Les deux premières locos de la série avaient des vitres d'angles sur la cabine obturées aux GRG. 30 locos ont été transformées entre 2002 et 2004 pour adopter des moteurs SEMT Pielstick V16 (d'origine MAN), moins polluants et plus puissants 2650 kW (3600 cv). Ces locos allégées (109 t) arboreront pour la plupart la livrée En voyage et seront réimmatriculées 72100.

Dépôts directeurs : Rennes, Chalindrey, Vénissieux, Nevers

Surnom: "les grosses bleues"

Radiées: à partir de 2006.

A titre d'anecdote, 3 locos (les n° 61, 62 et 64) ont été équipées d'un attelage spécial pour tracter les TGV de Paris aux Sables d'Olonnes sur la partie non électrifiée de la ligne. Elles avaient perdu leurs tampons au profit d'un attelage Scharfenberg avec en prime un attelage de rechange (dans le coffre sous la traverse de tamponnement): ici la 61.

Modèle réduit

Marque: Jouef version jouet 72001


Référence: 8570 (avant 1978) puis 8571 (après 1978)
Courant continu/alternatif: continu, 1 bogie capteur et 1 moteur
Echelle: HO
Année de fabrication: 1969 à 1989 avec changement de moteur et de ref en 1978
Type de moteur/mécanique: moteur Jouef 3 pôles de 1969 à 1978 puis M40 5 pôles
Entraînement: engrenages et couronne dentée
Digital/Analogique: analogique
Marque et type de décodeur: X
Dimensions/Poids: 226 mm pour 300 grs

Inscription en courbe : passe partout; à noter que sur tous les modèles CC de l'époque Jouef avait installé le même bogie avec l'essieu central surélevé et fixe (sauf le bogie de la CC 7100 qui avait une autre forme mais le même dispositif).
Attelage: système Jouef de simple crochet sans boucle
Prix: 60 euros environ (en 2015) pour une belle loco en boite.

Expérience: Lorsque la loco est sortie et pendant bien des années, on n'avait que ça. Alors, on ne la trouvait pas si mal même si elle est passablement simplifiée sur de très nombreux points, que l'angle des vitres de la cabine semble trop fort sans compter l'essieu central surélevé et les extrémités de bogie tronquées; on a une drôle d'allure.

Pourtant, la loco tourne assez bien considérant qu'elle a un empattement un peu plus grand que les autres Jouef (le bogie type CC l'explique facilement). Ceci dit, elle reste une Jouef avec un moteur faiblard et un bruit de moulin à café. Lorsque je l'ai eu (j'étais gamin), elle me plaisait bien car elle fonctionnait pas mal (transmission directe sans les courantes courroies Jouef) et qu'elle se défendait pas mal avec un train d'UIC, de corail ou de grand confort de la marque... je parle là d'une autre époque mais sans le recul et avec des yeux d'enfant...C'est un peu ma première vraie loco de ligne, alors je l'aime bien quand même.

Modèle réduit

Marque: Jouef version modéliste
Référence: la première ref sortie était la 8573 dont il existait une version à moteur Maxon sur option (ref 8577)
Courant continu/alternatif: continu
Echelle: HO
Année de fabrication: à partir de 1990
Type de moteur/mécanique: moteur central avec volant d'inertie sur châssis zamac en 2 parties emboitées (doc jouef)

Entraînement: cardans et cascade d'engrenages
Digital/Analogique: analogique avec présence d'un circuit électronique et feux à leds
Marque et type de décodeur: X
Dimensions/Poids: 223 mm pour 600 grs

Inscription en courbe : 445 mm mais elle fait un bruit de frottement des boudins sur les rails
Attelage: boucle Nem sur boitier

Evolution du modèle:

1992 : diamètre des roues réduit et boudins de roues affinés

1996 : moteur Igarashi 5 pôles 12 volts, 2 volants d'inertie

1998 : châssis zamac monobloc, nouvelle transmission par engrenages et vis sans fin, masse augmentée (610 g),  éclairage inversé à micro-lampes, suppression du système électronique avec gros condensateurs.

2005: châssis zamac en forme de U, grilles de toiture photogravées, tampons fixes (puis à ressorts), interface digitale NEM 652 puis 660 (21 broches après 2011), masse : 490 g.

Prix: 180 euros en promo pour un modèle analogique neuf

Depuis les dernières années, tous les modéles se voient automatiquement déclinés en version digitale sonorisée.

Expérience: Cette loco est une révolution chez Jouef, elle sera suivie par les premières 26000 (en 1991). Ce sont les premières vraies locos version modéliste de chez Jouef. Elles restent en production chez HJ et toutes variantes de livrée ont été faites (bleues sous toutes les évolutions, multiservice, "isabelle" par Philibert en 1996 à 500 exemplaires, En voyage, Fret, fantôme...). 

Ce sont de magnifiques locos, dont la gravure est un peu appuyée mais elle donne beaucoup de présence à la machine. Elles sont puissantes et silencieuses. J'aime leur roulement lourd au ralenti qui les rend majestueuses. Vous avez compris, j'adore ces locos et leur déclinaison en modélisme. Les premières locos nécessitaient beaucoup de temps de montage des pièces de détaillage (pas forcément simple ni agréable). Depuis leur sortie chez HJ, les locos sont livrées prêtes à rouler avec une face détaillée et l'autre portant attelage.

Modèle réduit

Marque: Roco


Référence: 62976 (pour la 72000 multiservice)
Courant continu/alternatif: continu
Echelle: HO
Année de fabrication: 2012 pour les premières ref, regravée en 2014
Type de moteur/mécanique: moteur central avec volant d'inertie

Entraînement: cascade d'engrenages
Digital/Analogique: analogique
Marque et type de décodeur: X
Dimensions/Poids: pour 540 grs

Inscription en courbe : validée sur du 445 mm mais difficilement
Attelage: boucle sur boitier avec élongation
Prix: 195 euros pour un modèle analogique en promotion

Expérience: Lors de sa sortie en 2012, la loco a fait couler beaucoup d'encre en particulier par ses formes fausses au niveau de la cabine. Roco a fini par reprendre sa copie pour sortir une loco exacte. C'est ce qui m'a incité à acheter (avec un prix canon) pour remplacer ma 72040 Jouef (HJ) dont les couleurs étaient inexactes. Le comparatif, à lire abolument en complément, est intéressant.

un petit comparatif ici72000 Face à Face

Si le fonctionnement est impeccable et la loco d'une grande finesse, des détails m'ont assez surpris... les marche-pieds frontaux en photodécoupe me paraissent grands sur les retours le long de la caisse (les mailles sont grosses finalement rapportées à l'échelle). Les ventilos ne sont pas assez visibles parce que trop minces et sombres (ça peut facilement se reprendre car la loco se démonte très facilement. Les pièces à rapporter comme les descentes de sablières sont trop fines et difficiles à mettre (alors j'ai utilisé un bricolage plus robuste mais moins fin). De façon générale, les pièces de détaillage sont trop fragiles et les trous de positionnement trop petits et pas toujours assez débouchés. Le plus curieux pour moi alors que j'étais habitué aux Jouef fut la vision des bogies: leur étroitesse et leur manque de relief (alors que ce fut un des points rectifiés par Roco). La loco semble plus étroite au niveau des bogies de ce point de vue par rapport à la massive Jouef, de même les marche-pieds sont à mon sens mieux traités sur les Jouef. C'est assez déroutant mais parait-il plus exact.

Reste qu'au prix, le rapport finesse/agrément d'utilisation est très bon. La loco fonctione à merveille. D'ailleurs, les versions loksound se sont très bien vendues.

Les autres fabrications: on ne peut passer sous silence quelques fabrications importantes de ces locos.

- Lima: la 72002  (ref 208058) se veut la concurrente directe mais aussi complèmentaire de la 72001 Jouef. Globalement les deux locos se ressemblent même si la Lima est un peu plus haute sur bogies. Elle se veut donc complèmentaire car elle adopte un autre numéro que la Jouef (permettant aux amateurs de ne pas avoir de doublon). La première série de locos Ho avait une couleur improbable avec un bleu étrange qui a été rectifié ensuite. Cette loco présente des avantages sur la Jouef, c'est une vraie CC (pas d'essieu central en retrait); les bogies sont plus "réalistes" et elle possède un moteur G (gros moteur annulaire) plus puissant que la Jouef; de plus, sa prise de courant est plus fiable car étalée sur toute la longueur de la loco (1 pôle par bogie) comme le veut l'habitude Lima de l'époque. Un bon compromis qui n'a pas été assez apprécié à mon sens. On en trouve parfois à 50 euros actuellement.

- Tab, cet artisan a proposé entre autre des séries de nez cassées CC 6500 et 72000 (entre autres productions). Les locos étaient plus grosses dans leurs proportions que le 1/87.

Mais elles avaient beaucoup de présence et des options intéressantes à une époque où les industriels n'avaient rien d'autre à offrir. Malgré leur prix, elles étaient très convoitées par les modélistes et cette 72000 TAB eu un grand succès à sa sortie en 1988. Les industriels (Jouef en premier) n'avaient pas encore sortis de modèles réalistes. TAB était haut de gamme avec un poids de 615 grs pour un prix de 1500 Frcs à sa sortie (400 euros vers 2000). La caisse est en plastique injecté de très bonne gravure. De nombreux détails sont rapportés comme les rambardes, les trompes, la traverse de tamponnement. La caisse est fixée sur un châssis en zamac de deuxième génération comme sur les CC 6500 mais amélioré: le moteur TAB est associé à une transmission aux trois essieux du bogie moteur par une cascade d'engrenages droits. Le moteur hélicoïdal à 5 pôles déplaçable permettait de choisir entre trois rapports de vitesse et procurait à la locomotive puissance et souplesse de fonctionnement à toutes les vitesses. Une idée originale et nouvelle se trouvait à l'intérieur: un petit moteur auxiliaire entraîne, par une courroie, les deux ventilateurs de toiture visibles par les fines grilles de ventilations en laiton photodécoupé. Côté électronique, la plaque intérieure et de petits commutateurs sous châssis permettaient de sélectionner les options de fonctionnement comme l'inversion des feux suivant le sens de la marche... Ces locos restent collector et sont encore recherchées, elles gardent un prix élevé (550 euros environ).

D'autres productions comme Lematec sont superbes mais restent confidentielles.

FIN d'une belle histoire... à nos regrettées "grosses bleues" dont quelques unes sont préservées (comme la 64 par l'ARCET: http://site.asso-arcet.com/ ou la 29 en livrée fret pour la cité du train).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site