Eclairage du 68000 Fleischmann

Increvable 68000 Fleischmann

            Lorsque j'ai lu l'article sur les modèles français de Fleischmann, paru dans « Clés pour le train miniature » - n°20 – Juillet – août 2015, j'ai voulu réexaminer ma locomotive AIAAIA 68001 acquise d'occasion en 1993.

            Ainsi qu'il est écrit dans l'article, la première version de ce modèle réduit de Fleischmann est sorti en 1965 (50ans déjà !).

            Je le trouve remarquable pour l'époque : longueur à l'échelle, tout en métal, zamac de tenue impeccable ce qui prouve sa qualité, gravure relativement fine et détaillée malgré le matériau, motorisation souple, puissante et solide, grand empattement électrique, 534 grammes.

De cette époque, il reste quelques aspects un peu désuets : les 4 vis sans tête visibles sur la caisse qui tiennent les bogies par l'intermédiaire d'une pièce amovible qui imite la suspension, le système d'éclairage inversé à ampoules, couleur contestable (trop claire), étrange traverse des tampons et d'attelage qui coulisse latéralement (pour les courbes serrées... système supprimer sur les secondes constructions ref 4281 immatriculées 68006) ; et peut-être un « look » d'ensemble un peu ancien. Mais c'était pour longtemps le seul modèle disponible en H0, avant l'arrivée de celui de ROCO. Il est curieux d'ailleurs que ce dernier ait conservé des mini ampoules au lieu de leds.

Voyons les côtés relativement négatifs pour la circulation sur les réseaux actuels : boudins de roues trop grands, d'où obligation de circulation sur de la voie code 100 ; le 83 ROCO crée un comptage de traverses. En outre, l'importante largeur du plan de roulement des roues fait que cela occasionne parfois un court-circuit sur des pointes de cœur polarisées avec des lames très proches, par exemple sur les aiguillages PECO Insulfrog. Il faut des pointes de cœur isolées ou réalimentées (PECO Electrofrog).

Mon modèle d'occasion a bien vécu avant l'acquisition, mais il reste très correct: quelques manques de peinture bleu foncé sur la toiture, inscriptions des plaques latérales un peu fatiguées. Son fonctionnement reste remarquable. Je n'ose pas aggraver la toiture en faisant des retouches qui seront forcément visibles, et quelle type de peinture à l'aérographe sur du zamac ?

Mes améliorations après acquisition : lubrification du mécanisme, nettoyage général, peintures des petits détails gravés, tampons en gris. Fabrication d'une platine CAE (Circuit Anti Encrassement) fixée avec la platine originelle d'inversion des feux à ampoules. Connections électriques des bogies avec des supports tulipes afin de faciliter le démontage et la maintenance. C'est l'heureuse époque des modèles costauds avec des vis et sans déclipsages fragiles et dangereux comme maintenant. A propos de ces vis: surtout ne pas perdre les vis latérales de maintien des bogies, sinon par lesquelles les remplacer ?

Donc après lecture de l'article cité en préambule, nouveau bidouillage en projet:

Note: aucune retouche extérieure esthétique de caisse n'est au programme de ce tuto; il ne s'agit que de l'éclairage et d'une préparation à une éventuelle digitalisation

- Remplacement des ampoules par des leds bicolores blanc à ton chaud / rouges à 2 pattes en conservant pour le moment les diffuseurs à 3 feux.

- Remplacement des platines précédentes par une nouvelle confectionnée pour implanter les résistances de 820 ohms des leds et regrouper les connections pour les bogies ; elle sera vissée sur le dessous du toit de la caisse à l'emplacement de la vis originelle de la platine d'inversion des feux, et donc le pôle négatif sera connecté à la masse ;

- Réalisation de 2 petites platines de circuit cuivré à trous et 2 bandes pour souder les leds bicolores ;

- Connections des platines des leds par des fils rigides fins pour bien les maintenir dans l'emplacement des ampoules des diffuseurs .

Voici en photos les différentes étapes :

Convention pour le descriptif: l'avant est le bogie capteur, donc le rail + est à droite dans le sens de la marche avant.

Avant la dernière amélioration: de 3/4

Avant la dernière amélioration de profil

Les éléments sous la caisse

Le bogie moteur

Le bogie capteur (lamelles de courant ajoutées pour l'essieu central)

La caisse / châssis sans le lest central

Le lest central déposé (simple vis centrale)

Le système de maintien des bogies - 1 (vis apparentes)

Le système de maintien des bogies – 2 (par l'intérieur)

Une fois démonté...

Les connections internes de la première amélioration

Les platines des circuits

Détails du bogie moteur

Détails du bogie capteur

Un des 2 systèmes d'éclairage à leds en cours de montage.

Une des traverses coulissantes avec son système de rapepel à ressorts

Note : L'allumage d'un éclairage à leds en analogique utilise un voltage inférieur à celui nécessaire avec des ampoules.

L'éclairage avant avec les leds

L'éclairage arrière avec les leds


 Eh, oui ! Cet éclairage arrière n'est pas conforme, car le diffuseur éclaire aussi le feu central supérieur.

 Que les pointilleux veilleurs de la réalité modéliste se rassurent:, j'ai prévu dans le cadre d'une digitalisation éventuelle de la locomotive une refonte de l'éclairage. Des leds bicolores à 3 pattes seront soudées sur des platines de circuit imprimé dessinées spécialement, avec des leds blanches pour le feu central. Les diffuseurs seront donc supprimés.

            En ce qui concerne la digitalisation, le principal obstacle technique est la platine de support des charbons reliée à la masse de l'ensemble de la locomotive; voir l'encadré de l'article de « Clés pour le train miniature » et la photo précédente du détail du bogie moteur. Fleischmann a prévu des platines isolées pour ses moteurs annulaires, et dont les porte-charbons sont tous les deux isolés. Cet accessoire est disponible chez les bons revendeurs, mais c'est assez cher: 25 €. En ajoutant le décodeur (35 €), cela fait autour de 60 €. A voir si cela vaut le coup en fonction de l'état du modèle (d'autant que si on ajoute le prix du modèle, on est pas loin d'un modèle Roco d'occasion bien plus récent). Il faudra quand même un peu bricoler, souder, créer une platine de distribution et de connexion isolée pour le décodeur.

Mais la bidouille ne fait-elle pas partie du plaisir dans notre passe-temps ?

En annexe, un lien sur les A1A A1A 68000 : https://fr.wikipedia.org/wiki/A1AA1A_68000

et le "dossier test" du site: http://lereseaudepsx.e-monsite.com/pages/dossiers-test/les-68000.html

- J-M. F – Juillet 2015 -

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×